Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 18:05


Le journal DAZIBAO a reçu samedi 17 janvier 2009 ce courrier signé du Maire de Talence. Nous le publions intégralement aujourd'hui lundi 19 janvier 2009. Nous maintenons évidemment ce que nous avons écrit : ni "propagande" ni "affirmation mensongère" ni "manipulation" ni "malhonnêteté intellectuelle", mais liberté d'opinion, d'expression et contribution au débat public. Vous trouverez, à la suite de la demande du Maire, des commentaires appropriés de Germain Suys.














































1° commentaire, sur les indemnités de Mr le Maire
 
En cas de désaccord entre l’Administration (en l’occurrence la Mairie) et un particulier, ce dernier adresse (éventuellement) une demande de recours gracieux à la Mairie, (puis) un recours administratif auprès du Préfet, lequel donne un avis et indique au particulier qu’en cas de désaccord avec cet avis il a la possibilité de saisir le juge administratif de ses observations (mention figurant d’ailleurs sur la lettre que vous citez).
Le juge administratif a, le 30-10-2008, décidé que le mode de calcul appliqué était inexact et avait pour effet de majorer ILLEGALEMENT le montant des indemnités. Cette décision fait jurisprudence et rend caduc tout avis préfectoral en la matière. Je vous ai adressé copie, le 21-11-2008, de la décision du T.A. du 30-10-2008. Je vous invite à la relire attentivement car elle apporte TOUTES les réponses et confirme mes écrits.
La Chambre Régionale des Comptes n’intervient jamais dans cette procédure. Elle n’émet aucun avis, laissant le soin aux autorités compétentes de traiter le désaccord ou litige.
Voilà la procédure, les faits et la vérité.
 
2° commentaire, sur les indemnités des adjoints de quartier
 
• En application du 2ème alinéa de l’article L2143-2 du C.G.C.T. les Conseils de quartier créés le 18-9-2003 avaient une durée qui ne pouvait excéder celle du mandat en cours.
• Le nouveau Conseil Municipal ne pouvait nommer les 3 adjoints supplémentaires au titre des articles L2143-1 et L2122-2-1 qu’à la condition de créer les nouveaux Conseils de quartier.
• Le 14-4-2008. Conseil Municipal. Question n° 15. Régime indemnitaire des élus. La masse globale des indemnités est calculée sur la base de 14 adjoints et la Mairie ne fait pas état dans la délibération de l’application des articles cités ci-dessus pour justifier cette augmentation du nombre d’adjoints rémunérés.
• Ce n’est que le 9-10-2008 que le vote est organisé pour l’élection des conseillers communaux (de quartier) et c’est le 22-10-2008 que les modalités de fonctionnement sont fixées.
• Veuillez revoir, Monsieur, les dispositions des articles du C.G.C.T.
 
Ne pas avoir indiqué aux talençais le coût des Conseils communaux : 65 928 € par an, n’est-ce pas une « désinformation scandaleuse » ? Excusez-moi d’employer vos expressions.
 
3° commentaire, sur l’augmentation des recettes communales
 
Les chiffres figurant dans DAZIBAO sont ceux
- fournis aux élus lors de la présentation du budget primitif notamment pour l’établissement du tableau  « taux de contributions directes ».
- inscrits en page 83 du Compte Administratif 2007 de la Commune de Talence.
- enregistrés par la Direction Générale des impôts sur « les rôles généraux des impôts directs ».
 
Vous reconnaissez d’ailleurs leur véracité.
Alors, pourquoi parler de désinformation scandaleuse et de manipulation quand ce sont les chiffres officiels sur lesquels tout le monde (y compris vous) travaille et est d’accord.
Ne parler que des 5 millions versés à la CUB et omettre (curieusement) de parler des 1,6 millions reversés par la CUB au titre de la dotation de solidarité communautaire (art 7322 du chapitre 73 des Impôts et taxes), n’est-ce pas une désinformation scandaleuse et une manipulation ?
Je constate par ailleurs que vous ne contestez pas que la masse perçue par les élus a été en augmentation de 78,84% d’avril 2001 à avril 2008. Cette information n’avait pas été communiquée aux talençais. Est-ce encore de la désinformation scandaleuse ?
La vie démocratique exige calme et respect de l’autre.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by journal Dazibao - dans ARCHIVES
commenter cet article

commentaires

Morceaux choisis

Le Collectif Citoyen Talençais

Le Collectif Citoyen Talençais et les Municipales de Mars 2014 -  confer le Dazibao n° 20

Quinze ans d’engagements, de combats de citoyens qui ont voulu « se mêler de ce qui les regarde », c’est-à-dire de la vie de leur commune, et ceci au-delà des échéances électorales.

Des citoyens organisés en associations, pour s’opposer à des projets néfastes pour la commune, comme la destruction du patrimoine architectural et végétal communal (école Joliot-Curie, maison Labro, parc Sourreilh, bois Lafitte, prairie Bel Air ...), pour demander une vraie politique en matière de déplacements doux (pont St Marie, vélos...), contre la malbouffe et les passe-droit (Mac Do), pour sauvegarder l’école maternelle Picasso, pour exiger une offre de logements variée et arrêter la densification galopante via des projets immobiliers profitant d’abord aux promoteurs.

En 2002 ils ont créé des Conseils de quartier, un réseau inter associatif d’information et d’échange la CoorCiTal, et un journal citoyen, Dazibao.

Ce combat et cet engagement associatif, ont abouti à la création du Collectif Citoyen Talençais avant les élections municipales de 2008. Nous avons proposé notre plate forme et nos idées en matière de services publics de proximité, de déplacement, de logement, d’équipement collectif, de démocratie participative associant l’expertise et le diagnostic des citoyens au pouvoir représentatif...

Notre conseillère municipale, Petra Rosay, a porté ces idées au sein de l’opposition de gauche pendant ces six dernières années.

Aujourd’hui, face à la liste de droite dirigée par A. Cazabonne, la gauche n’a pas réalisé l’unité. Le CCT, refusant d’ajouter à la confusion, tient cependant, à travers ce journal, à contribuer à la nécessaire alternance.

Pour les élections de 2014, il va de soi que nous souhaitons toujours la sortie des sortants : qu’ils partent avec leurs amis promoteurs, leur clientélisme, leurs consultations bidons… 30 ans ça suffit! Il faut une alternance à Talence, le renouvellement infini des mandats facilite la corruption et la professionnalisation de la politique, tout le contraire de ce que nous revendiquons.

Le collectif citoyen remet en débat ses propositions pour Talence. Il continuera à jouer son rôle en défendant ses propositions quels que soient les vainqueurs de l’élection par l’information, l’éducation, la mobilisation. Il sera avec les Talençais qui veulent développer le bien être collectif.

30 ans ça suffit !  Profession, homme politique. Trente ans de pouvoir, dans la même majorité municipale de droite, sans partage, sans alternance, depuis 1983. Trois mandats de Maire, 1995-2001, 2001-2008, 2008-2014, c’est aussi cela le cumul des mandats, le cumul dans le temps.

Six ans, le mandat électif le plus long de nos institutions républicaines avec celui des sénateurs, une éternité lorsqu’on le triple.

Le pouvoir très étendu d’un Maire, « un roi en son royaume » déterminant pour notre vie locale, notre quotidien, notre environnement.

Le pouvoir d’un patron de majorité, qui vous assure 80% des sièges au conseil municipal si peu que vous ayez une majorité dans les urnes, qui vous permet de gouverner pratiquement sans contrepouvoir.

On peut rêver mieux pour une démocratie moderne surtout lorsqu’elle est locale.

« Une ville c’est un laboratoire de la démocratie et du vivre ensemble » dit notre bon Maire, oui mais sans changer le patron, juste en faisant tourner les citoyens dans leurs tourniquets !

Durer.

Durer en politique c’est un objectif qui  finit par devenir une obsession, une maladie qui vide de son sens la démocratie, qui se nourrit de clientélisme, de copinage et de réseaux. Chez nous à Talence c’est M. Chamakh, footballeur et bâtisseur, ce sont les 600 000 Euros de subvention municipale pour l’Ecole des sports motorisés, les permis de construire à gogo pour quelques promoteurs immobiliers qui ont rempli notre commune d’immeubles de 5 étages et demi et de résidences hôtelières...

Durer en politique c’est aussi finir par ultra personnaliser la fonction, imposer ses vues, se complaire dans l’absence de débat contradictoire et démocratique.

Durer en politique, c’est faire  de la commune, son domaine, son territoire, son fief, conçu par vous, selon vos goûts, les administrés devant s’adapter.

Changer.

Changer c’est casser les réseaux constitués au long cours et ça fait un bien fou à la démocratie et aux citoyens.

Faisons un geste pour la démocratie locale, Talence a vraiment besoin d’alternance.

30 ans ya basta !          

Café philo Citoyen Talençais

la 3ème tribune citoyenne de Talence

Vous recevez chaque mois dans votre boîte aux lettres le « CITÉ MAGAZINE » de la Mairie de Talence et vous pouvez y lire en dernière page deux tribunes libres, celle des élus de la gauche talençaise jouxtant celle des élus du groupe majoritaire. Ces derniers, disposant de la version adverse plusieurs jours avant de rédiger la leur, peuvent donc répondre sur la même page sans crainte d’être contredits, assurés d’avoir le dernier mot. Maintenant, vous trouverez sur le blog du « Journal Dazibao », chaque fois que cela sera nécessaire, une « 3ème tribune libre citoyenne » qui remettra les Talençais dans le rôle d'arbitre, comme il se doit en toute bonne démocratie.

Tribune libre citoyenne d'Octobre 2013

Tribune libre du CCT de Mai 2012.

 

 

 

 

La démocratie

" La démocratie ne consiste pas à mettre épisodiquement son bulletin dans l'urne, à déléguer les pouvoirs à un ou plusieurs élus, puis se désintéresser, s'abstenir, se taire pendant cinq ou sept ans. (...)

La démocratie n'est efficace que si elle existe partout en tout temps. Le citoyen est un homme qui ne laisse pas aux autres le soin de décider de son sort commun. Il n'y a pas de démocratie si le peuple n'est pas composé de véritables citoyens, agissant constamment en tant que tels "

Pierre Mendès-France ( la république moderne 1962 )