Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 20:52


L'apolitisme centriste
 
Enfin Cazabonne vint ...
dans la tribune libre du groupe majoritaire de « Cité Mag », le nouveau « journal ambiance Talence », daté de février-mars 2009, pour demander « à la Poste de revoir sa copie » au sujet du bureau Bagatelle, rue Robespierre. Ce bureau est fermé depuis le 1er novembre 2008 !
 
Pourtant il était informé bien avant tout le monde, puisqu'il était destinataire d'un courrier daté du 2 septembre, faisant référence à un précédent courrier daté du 15 juillet qui l'alertait sur les « dangers de la politique menée par la Poste, notamment avec le changement de statut de l'établissement public en société anonyme ce qui se traduirait inexorablement par un recul et une dégradation des prestations offertes aux citoyens ». Dans ce nouveau courrier du 2 septembre, M. Cazabonne était informé que la Poste envisageait:
-  des réductions d'horaire concernant le bureau de Poste de Talence principal,
-  la transformation du bureau de proximité de Bagatelle en agence postale (tous les frais de fonctionnement de ce bureau seraient à la charge de la commune).
 
Comme ces courriers émanaient du Syndicat CGT des Activités Postales et de Télécommunications de la Gironde, notre maire centriste n'en a pas tenu compte !
 
Malgré la mobilisation des habitants du quartier, bientôt relayés par des citoyens talençais à travers la constitution d'un comité talençais de défense des services publics, M. Alain Cazabonne persistait dans son autisme. Lors de la manifestation du 7 novembre 2008 devant la poste centrale de Talence, il déclarait : « je ne peux rien faire devant une décision d'entreprise » (Sud-Ouest, 8/11/2008).
 
Grâce aux arguments des délégués du comité de défense lors de l'entrevue qu'il nous a accordée le 18 décembre, M. le Maire a fini par dire:
- qu'il se prononce contre la privatisation de la poste
- qu'il interpellera la directrice régionale pour qu'elle reconsidère sa position et demande une réouverture, (même partielle)
- qu'il se mettra en rapport avec les membres de la commission territoriale de la présence postale
- qu'il est pour voter un voeu au prochain conseil municipal
- qu'il est d'accord pour que la pétition soit présentée à tous les élus lors du prochain conseil municipal.
 
Contre le souhait des conseillers municipaux UMP, comptant pour la moitié de sa majorité, M. le Maire a dû soutenir la motion de soutien à la défense du service public de la Poste en demandant la réouverture du bureau Robespierre. Après une tentative de modification du texte ayant pour but de le vider de son contenu de défense des services publics, il a dû subir une demande de suspension de séance présentée par les élus de l'UMP, qui ont fini par voter un texte comportant:
«Le conseil municipal de Talence, réuni ce jour à Talence, tient à affirmer son opposition et son indignation face à la fermeture du bureau de poste Bagatelle, prémisse dans notre commune de la privatisation rampante du service public de la Poste.[...]  Depuis plusieurs années la dégradation du service public se poursuit: manque de personnel dans les quartiers populaires des villes, fermetures de bureaux ruraux et de certains bureaux de quartiers en milieu urbain. Nous nous engageons à tout mettre en œuvre pour défendre un service public d'intérêt général, auquel les Talençais sont attachés et que nous voulons voir garanti équitablement sur tout le territoire national. »
 
Cependant, malgré l'accord de M. Cazabonne pour faire signer la pétition des citoyens par les membres du conseil municipal, un exemplaire de celle-ci mis en circulation pendant la séance du 19 janvier a mystérieusement disparu ! Gageons que l'élu qui l'a, par inadvertance, emporté parmi ses dossiers, ne tardera pas à nous le faire parvenir, dûment paraphé par tous ses collègues de la majorité.
 
Bref, comme on le voit, la manœuvre politicienne est difficile: comment un élu local centriste de conviction (?) et membre du parti de M.Bayrou, élu depuis toujours grâce au soutien sans faille de la droite (en particulier du maire de Bordeaux Alain Juppé), peut-il répondre à une demande légitime de défense de leurs intérêts émise par ses concitoyens et administrés, lorsque celle-ci met en cause les fondements de la politique générale soutenue par son parti ou ses alliés politiques ?
On voit bien le dilemme: d'un côté les citoyens tiennent à la sauvegarde de leurs services publics, et sont soutenus dans cette démarche par les partis de gauche, de l'autre les partis de droite qui ont permis pour l'essentiel la réélection de M. Cazabonne prônent au gouvernement la privatisation de ces mêmes services publics !
 
Finalement, M. Cazabonne échappe à la schizophrénie grâce au subterfuge habituel: l'apolitisme.
Il suffit, même avec trois mois de retard, de faire croire qu'on s'occupe du problème en disant qu'il n'est pas politique mais technique, avec énergie (« Deux mois après le déploiement des offres de substitution visant à compenser la disparition de ce bureau, force est de constater qu'elles ne permettent pas de répondre totalement à la demande des habitants du quartier... ») et de suggérer une solution de compromis local.
 
Naturellement, les citoyens, échaudés, ne sont plus dupes.
 
Benoît Bergeon

Partager cet article

Repost 0
Published by journal Dazibao - dans SERVICES PUBLICS
commenter cet article

commentaires

Morceaux choisis

Le Collectif Citoyen Talençais

Le Collectif Citoyen Talençais et les Municipales de Mars 2014 -  confer le Dazibao n° 20

Quinze ans d’engagements, de combats de citoyens qui ont voulu « se mêler de ce qui les regarde », c’est-à-dire de la vie de leur commune, et ceci au-delà des échéances électorales.

Des citoyens organisés en associations, pour s’opposer à des projets néfastes pour la commune, comme la destruction du patrimoine architectural et végétal communal (école Joliot-Curie, maison Labro, parc Sourreilh, bois Lafitte, prairie Bel Air ...), pour demander une vraie politique en matière de déplacements doux (pont St Marie, vélos...), contre la malbouffe et les passe-droit (Mac Do), pour sauvegarder l’école maternelle Picasso, pour exiger une offre de logements variée et arrêter la densification galopante via des projets immobiliers profitant d’abord aux promoteurs.

En 2002 ils ont créé des Conseils de quartier, un réseau inter associatif d’information et d’échange la CoorCiTal, et un journal citoyen, Dazibao.

Ce combat et cet engagement associatif, ont abouti à la création du Collectif Citoyen Talençais avant les élections municipales de 2008. Nous avons proposé notre plate forme et nos idées en matière de services publics de proximité, de déplacement, de logement, d’équipement collectif, de démocratie participative associant l’expertise et le diagnostic des citoyens au pouvoir représentatif...

Notre conseillère municipale, Petra Rosay, a porté ces idées au sein de l’opposition de gauche pendant ces six dernières années.

Aujourd’hui, face à la liste de droite dirigée par A. Cazabonne, la gauche n’a pas réalisé l’unité. Le CCT, refusant d’ajouter à la confusion, tient cependant, à travers ce journal, à contribuer à la nécessaire alternance.

Pour les élections de 2014, il va de soi que nous souhaitons toujours la sortie des sortants : qu’ils partent avec leurs amis promoteurs, leur clientélisme, leurs consultations bidons… 30 ans ça suffit! Il faut une alternance à Talence, le renouvellement infini des mandats facilite la corruption et la professionnalisation de la politique, tout le contraire de ce que nous revendiquons.

Le collectif citoyen remet en débat ses propositions pour Talence. Il continuera à jouer son rôle en défendant ses propositions quels que soient les vainqueurs de l’élection par l’information, l’éducation, la mobilisation. Il sera avec les Talençais qui veulent développer le bien être collectif.

30 ans ça suffit !  Profession, homme politique. Trente ans de pouvoir, dans la même majorité municipale de droite, sans partage, sans alternance, depuis 1983. Trois mandats de Maire, 1995-2001, 2001-2008, 2008-2014, c’est aussi cela le cumul des mandats, le cumul dans le temps.

Six ans, le mandat électif le plus long de nos institutions républicaines avec celui des sénateurs, une éternité lorsqu’on le triple.

Le pouvoir très étendu d’un Maire, « un roi en son royaume » déterminant pour notre vie locale, notre quotidien, notre environnement.

Le pouvoir d’un patron de majorité, qui vous assure 80% des sièges au conseil municipal si peu que vous ayez une majorité dans les urnes, qui vous permet de gouverner pratiquement sans contrepouvoir.

On peut rêver mieux pour une démocratie moderne surtout lorsqu’elle est locale.

« Une ville c’est un laboratoire de la démocratie et du vivre ensemble » dit notre bon Maire, oui mais sans changer le patron, juste en faisant tourner les citoyens dans leurs tourniquets !

Durer.

Durer en politique c’est un objectif qui  finit par devenir une obsession, une maladie qui vide de son sens la démocratie, qui se nourrit de clientélisme, de copinage et de réseaux. Chez nous à Talence c’est M. Chamakh, footballeur et bâtisseur, ce sont les 600 000 Euros de subvention municipale pour l’Ecole des sports motorisés, les permis de construire à gogo pour quelques promoteurs immobiliers qui ont rempli notre commune d’immeubles de 5 étages et demi et de résidences hôtelières...

Durer en politique c’est aussi finir par ultra personnaliser la fonction, imposer ses vues, se complaire dans l’absence de débat contradictoire et démocratique.

Durer en politique, c’est faire  de la commune, son domaine, son territoire, son fief, conçu par vous, selon vos goûts, les administrés devant s’adapter.

Changer.

Changer c’est casser les réseaux constitués au long cours et ça fait un bien fou à la démocratie et aux citoyens.

Faisons un geste pour la démocratie locale, Talence a vraiment besoin d’alternance.

30 ans ya basta !          

Café philo Citoyen Talençais

la 3ème tribune citoyenne de Talence

Vous recevez chaque mois dans votre boîte aux lettres le « CITÉ MAGAZINE » de la Mairie de Talence et vous pouvez y lire en dernière page deux tribunes libres, celle des élus de la gauche talençaise jouxtant celle des élus du groupe majoritaire. Ces derniers, disposant de la version adverse plusieurs jours avant de rédiger la leur, peuvent donc répondre sur la même page sans crainte d’être contredits, assurés d’avoir le dernier mot. Maintenant, vous trouverez sur le blog du « Journal Dazibao », chaque fois que cela sera nécessaire, une « 3ème tribune libre citoyenne » qui remettra les Talençais dans le rôle d'arbitre, comme il se doit en toute bonne démocratie.

Tribune libre citoyenne d'Octobre 2013

Tribune libre du CCT de Mai 2012.

 

 

 

 

La démocratie

" La démocratie ne consiste pas à mettre épisodiquement son bulletin dans l'urne, à déléguer les pouvoirs à un ou plusieurs élus, puis se désintéresser, s'abstenir, se taire pendant cinq ou sept ans. (...)

La démocratie n'est efficace que si elle existe partout en tout temps. Le citoyen est un homme qui ne laisse pas aux autres le soin de décider de son sort commun. Il n'y a pas de démocratie si le peuple n'est pas composé de véritables citoyens, agissant constamment en tant que tels "

Pierre Mendès-France ( la république moderne 1962 )