Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2007 7 08 /07 /juillet /2007 12:10










































MAISON LABRO A TALENCE :  Voici 3 lettres, celle que le Conseil des Quartiers Nord n'a pas pu lire à l'inauguration du parking (empêché par M Cazabonne), celle de remerciements de M Labro et celle de M Cazabonne qui s'engage à faire construire une maison de quartier en cas de destruction de la Maison Labro :


Dignes, respectueux et déterminés. 

A Monsieur Guy Labro. 

 

Avant qu’il y ait un parking, avant qu’il y ait une place, il y avait une maison.

Et avec cette maison, la mémoire d’un quartier et aussi son avenir.

Les pierres, les vieilles pierres aussi tissent du lien social. 

 

Il y 5 ans, presque jour pour jour, au petit matin, pierre sur pierre, du passé on faisait table rase et de l’avenir aussi. 

 

Comme beaucoup d’habitants du quartier, Monsieur Labro, vous vouliez cette maison debout.

Dans un de vos courriers vous nous disiez que « cette maison familiale était devenue celle de tous les talençais ». Nous nous souvenons des cris des enfants de l’école Gambetta en face quand ils ont vu la maison à terre. Ils exprimaient ce que tous ressentaient. 

 

Que reste-il de la maison Labro ? Une ombre peut-être mais aussi sûrement la volonté des habitants de faire vivre leur quartier. Mener un combat même si on ne doit pas le gagner c’est aussi cela la dignité humaine.

Le sens de l’action des défenseurs de la Maison Labro n’était pas passéiste mais tourné vers le futur de leur quartier, vers ses besoins, ses aspirations. Et plus que jamais, cela est d’actualité.

 

C’est pour cela que nous voulons vous remercier, Monsieur Labro, du soutien que vous nous avez constamment apporté. Cela nous a profondément touché et donné du sens à notre action. 

 

Nous vous présentons  aussi nos excuses et nos regrets pour ceux qui n’ont pas eu le courage de poser la plaque que vous aviez faite afin que les défenseurs de la Maison Labro perpétuent le souvenir de ce lieu. Certes ils l’auraient posé sans consentement officiel mais après tout ils en avaient vu d’autres pendant leur combat pour sauver la maison. 

 

Déterminés, nous n’oublions pas l’engagement donné de reconstruction d’une maison de quartier.

Et si parfois les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent, à nous alors de tout faire pour qu’elles deviennent réalité.  

 

Et c’est aussi par respect à votre mémoire et à celle de votre père, Georges Labro, que nous continuons ce que nous avons entrepris en ce temps là. 

 

Nous ne voulons pas polémiquer ce n’est ni le lieu ni l’heure. Ça ne serait ni digne ni respectueux.

Chacun jugera des responsabilités des uns et des autres. Avec le recul des années les choses apparaissent plus clairement. 

 

Merci encore Monsieur Labro, un jour peut-être une maison portera votre nom de nouveau. 

 Les défenseurs de la Maison Labro  


 LETTRE DE M.Guy LABRO

LABRO Guy
7, Bd Eugène Gazagnère
06400 CANNES
Cannes le 23 octobre 2001

ACCRG
85, cours Gambetta
33400 TALENCE


Madame, Monsieur,

Je veux vous remercier et vous rendre hommage, pour votre combat désintéressé concernant la sauvegarde de la Maison Labro, cours Gambetta à Talence. Vous avez ainsi prouvé qu’il existe encore en France des personnes qui ont du cœur et le font savoir.

Je ne me suis pas manifesté durant votre campagne par délicatesse vis à vis de la municipalité de Talence à laquelle j’avais avant votre intervention, demandé la conservation de cette maison et reçu de sa part des assurances que tout serait fait en ce sens.

J’ai malheureusement été victime de mon excès de confiance et profondément affecté, lorsque j’ai appris la démolition « en catimini » de ma maison familiale. L’actualité m’amène à comparer cet acte de destruction à celle des Talibans d’Afghanistan qui n’hésitent pas à faire sauter les statues géantes de Boudha en détruisant ainsi leur patrimoine.

Aussi, c’est avec une profonde émotion que je vous renouvelle mes remerciements, d’avoir courageusement lutté pour essayer de conserver ce bel immeuble qui grâce à vous était devenu la propriété de tous les Talençais.

Avec toute ma considération pour votre Association et mes sentiments tristes et reconnaissants.

Guy Labro. 


  

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by journal Dazibao - dans MAISON-PARKING LABRO
commenter cet article

commentaires

Morceaux choisis

Le Collectif Citoyen Talençais

Le Collectif Citoyen Talençais et les Municipales de Mars 2014 -  confer le Dazibao n° 20

Quinze ans d’engagements, de combats de citoyens qui ont voulu « se mêler de ce qui les regarde », c’est-à-dire de la vie de leur commune, et ceci au-delà des échéances électorales.

Des citoyens organisés en associations, pour s’opposer à des projets néfastes pour la commune, comme la destruction du patrimoine architectural et végétal communal (école Joliot-Curie, maison Labro, parc Sourreilh, bois Lafitte, prairie Bel Air ...), pour demander une vraie politique en matière de déplacements doux (pont St Marie, vélos...), contre la malbouffe et les passe-droit (Mac Do), pour sauvegarder l’école maternelle Picasso, pour exiger une offre de logements variée et arrêter la densification galopante via des projets immobiliers profitant d’abord aux promoteurs.

En 2002 ils ont créé des Conseils de quartier, un réseau inter associatif d’information et d’échange la CoorCiTal, et un journal citoyen, Dazibao.

Ce combat et cet engagement associatif, ont abouti à la création du Collectif Citoyen Talençais avant les élections municipales de 2008. Nous avons proposé notre plate forme et nos idées en matière de services publics de proximité, de déplacement, de logement, d’équipement collectif, de démocratie participative associant l’expertise et le diagnostic des citoyens au pouvoir représentatif...

Notre conseillère municipale, Petra Rosay, a porté ces idées au sein de l’opposition de gauche pendant ces six dernières années.

Aujourd’hui, face à la liste de droite dirigée par A. Cazabonne, la gauche n’a pas réalisé l’unité. Le CCT, refusant d’ajouter à la confusion, tient cependant, à travers ce journal, à contribuer à la nécessaire alternance.

Pour les élections de 2014, il va de soi que nous souhaitons toujours la sortie des sortants : qu’ils partent avec leurs amis promoteurs, leur clientélisme, leurs consultations bidons… 30 ans ça suffit! Il faut une alternance à Talence, le renouvellement infini des mandats facilite la corruption et la professionnalisation de la politique, tout le contraire de ce que nous revendiquons.

Le collectif citoyen remet en débat ses propositions pour Talence. Il continuera à jouer son rôle en défendant ses propositions quels que soient les vainqueurs de l’élection par l’information, l’éducation, la mobilisation. Il sera avec les Talençais qui veulent développer le bien être collectif.

30 ans ça suffit !  Profession, homme politique. Trente ans de pouvoir, dans la même majorité municipale de droite, sans partage, sans alternance, depuis 1983. Trois mandats de Maire, 1995-2001, 2001-2008, 2008-2014, c’est aussi cela le cumul des mandats, le cumul dans le temps.

Six ans, le mandat électif le plus long de nos institutions républicaines avec celui des sénateurs, une éternité lorsqu’on le triple.

Le pouvoir très étendu d’un Maire, « un roi en son royaume » déterminant pour notre vie locale, notre quotidien, notre environnement.

Le pouvoir d’un patron de majorité, qui vous assure 80% des sièges au conseil municipal si peu que vous ayez une majorité dans les urnes, qui vous permet de gouverner pratiquement sans contrepouvoir.

On peut rêver mieux pour une démocratie moderne surtout lorsqu’elle est locale.

« Une ville c’est un laboratoire de la démocratie et du vivre ensemble » dit notre bon Maire, oui mais sans changer le patron, juste en faisant tourner les citoyens dans leurs tourniquets !

Durer.

Durer en politique c’est un objectif qui  finit par devenir une obsession, une maladie qui vide de son sens la démocratie, qui se nourrit de clientélisme, de copinage et de réseaux. Chez nous à Talence c’est M. Chamakh, footballeur et bâtisseur, ce sont les 600 000 Euros de subvention municipale pour l’Ecole des sports motorisés, les permis de construire à gogo pour quelques promoteurs immobiliers qui ont rempli notre commune d’immeubles de 5 étages et demi et de résidences hôtelières...

Durer en politique c’est aussi finir par ultra personnaliser la fonction, imposer ses vues, se complaire dans l’absence de débat contradictoire et démocratique.

Durer en politique, c’est faire  de la commune, son domaine, son territoire, son fief, conçu par vous, selon vos goûts, les administrés devant s’adapter.

Changer.

Changer c’est casser les réseaux constitués au long cours et ça fait un bien fou à la démocratie et aux citoyens.

Faisons un geste pour la démocratie locale, Talence a vraiment besoin d’alternance.

30 ans ya basta !          

Café philo Citoyen Talençais

la 3ème tribune citoyenne de Talence

Vous recevez chaque mois dans votre boîte aux lettres le « CITÉ MAGAZINE » de la Mairie de Talence et vous pouvez y lire en dernière page deux tribunes libres, celle des élus de la gauche talençaise jouxtant celle des élus du groupe majoritaire. Ces derniers, disposant de la version adverse plusieurs jours avant de rédiger la leur, peuvent donc répondre sur la même page sans crainte d’être contredits, assurés d’avoir le dernier mot. Maintenant, vous trouverez sur le blog du « Journal Dazibao », chaque fois que cela sera nécessaire, une « 3ème tribune libre citoyenne » qui remettra les Talençais dans le rôle d'arbitre, comme il se doit en toute bonne démocratie.

Tribune libre citoyenne d'Octobre 2013

Tribune libre du CCT de Mai 2012.

 

 

 

 

La démocratie

" La démocratie ne consiste pas à mettre épisodiquement son bulletin dans l'urne, à déléguer les pouvoirs à un ou plusieurs élus, puis se désintéresser, s'abstenir, se taire pendant cinq ou sept ans. (...)

La démocratie n'est efficace que si elle existe partout en tout temps. Le citoyen est un homme qui ne laisse pas aux autres le soin de décider de son sort commun. Il n'y a pas de démocratie si le peuple n'est pas composé de véritables citoyens, agissant constamment en tant que tels "

Pierre Mendès-France ( la république moderne 1962 )