Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2007 4 05 /07 /juillet /2007 00:14

C R de la réunion citoyenne du 18/10/07 Salle Robespierre, à Talence 

 

Présence de 42 personnes

 

Introduction de Benoit Bergeon :

 

Cette réunion est à l’initiative d’un groupe de personnes qui travaillent depuis des années, en partie au sein d’associations de la Coorcital, et qui ont mené des actions pour faire avancer, concrétiser une certaine vision de la vie de la cité. Parmi ces actions, certaines ont abouti totalement ou en partie, telle que le combat pour une passerelle interdite à la circulation des voitures avenue St Marie, l’engagement autour de l’école Joliot-Curie pour éviter la destruction du patrimoine etc. D’autres ont échoué puisque les citoyens ont été mis devant le fait accompli : maison Labro, l’affaire du tennis.

Ces actions ont permis de se réunir, de se connaître, à l’occasion du Forum des associations par exemple, où il a fallu se battre par moment pour être accepté, ou au cours de réunions sur le cadre de vie au sein des conseils des quartiers. A tous ces moments nous avons développé des idées et travaillé ensemble sur des questions touchant à la vie de notre cité. Ces réflexions et actions constituent un travail politique en soi, sans être politicien, et les élections municipales qui approchent nous donnent l’occasion de formaliser cette démarche, de proposer une plate-forme de thèmes, de porter, dans le débat qui s’engagera, nos points de vue, nos idées, nos convictions.

La question qui se pose maintenant est : « comment mettre ces actions en perspective, ces idées en forme, pour qu’elles puissent être mises en œuvre dans la prochaine mandature » ?

 

Début du tour de table concernant les thèmes que nous souhaitons mettre en avant :

 

·        Thématiques proposées au cours du débat:

 

Ø      L’Urbanisme 

 

 

L’urbanisation et le bétonnage de la ville posent un réel problème à Talence et il convient de revoir complètement la politique actuelle. Certains vont jusqu’à proposer un moratoire sur les constructions, arbitrer entre constructions et espaces verts.

L’association Adecats a demandé un agrément à la Préfecture pour être systématiquement consultée sur les dossiers d’urbanisme da la commune. Toute association ayant une existence de plus de trois ans peut demander cet agrément.

Ø      Déplacements urbains

 

La circulation et ses conséquences, pollution, bruit, répercussions sur la santé. Les moyens de déplacement doux etc. Plus globalement il faut réfléchir sur  un plan de circulation (ville de transit) qui permettra de travailler sur des priorités en matière de flux. Ce qui implique aussi un travail de bilan sur les promesses faites et ce qui a vraiment été réalisé. Problématique du vélo et des transports en commun.

Ø      Démocratie participative

 

Participation réelle et effective des habitants aux décisions les concernant, citoyenneté, vie associative, transparence du fonctionnement municipal (communication). Qu’en est-il de la prise en compte des demandes des usagers, de la participation des habitants aux décisions prises concernant l’aménagement de l’espace urbain (voir les dysfonctionnements des conseils communaux) ? L’accent est mis sur l’importance des moyens attribués pour cette participation et d’un vrai engagement concernant les décisions prises. Un travail sur les pouvoirs réels du maire est également indispensable pour distinguer les promesses réalistes d’une démagogie électorale future.

Ø      Impôts

 

 

Il existe un dossier conséquent sur les impôts à Talence, celui-ci mérite un approfondissement pour mieux connaître leur répartition, à qui ont profité les augmentations et quels secteurs ont été laissés pour compte.

Ø      Logement

Un angle unique n’est pas envisageable, mais il faut s’interroger sur les besoins réels de la population, sur l’impact des résidences hôtelières qui se sont multipliés sur la commune (absence de taxe d’habitation..), la restructuration de Thouars avec le problème de la destruction de logements, du relogement des populations, de l’inflation des loyers etc.

Ø      Santé 

L’influence de la pollution automobile, des OGM sur la santé des populations, avec actions d’information et de sensibilisation des habitants

Ø      Education 

Préférence et soutien aux écoles publiques. Qu’en est-il des subventions de la municipalité données aux voyages scolaires dans les écoles privées par exemple ?

Ø      Culture

Questionnement sur ce qu’est la culture, comment la partager, la diffuser.

Ø      Sécurité

Interrogation sur le service de police municipale, sur leur mission ; travail sur la  prévention. 

Ø      Environnement

Il s’agit d’une thématique à part entière mais qui a une importance transversale.

 

·        Thèmes plutôt globaux ou locaux ?

 

Sur le fond, le contenu de la plateforme doit  être une base de propositions et, pour certains, ne pas se résumer à une demande ultra locale voir individuelle. Il est relevé que dans les quartiers les habitants travaillent déjà, au sein des conseils des quartiers par exemple, qu’ils ont étudié des dossiers, fait des propositions, obtenu des choses.

Ce travail doit continuer et les thèmes abordés lors de la campagne doivent aller au-delà des préoccupations immédiates des habitants.

D’autres interventions font valoir que d’une manière générale les questions globales se retrouvent dans les problématiques locales et engagent les décisions au niveau de la commune, telles que :

-         la gestion de l’eau (ex.régie directe)

-         les transports et le choix des modes de déplacement

-         l’agriculture biologique : la cantine d’une mairie peut par exemple inclure de plus en plus de produits bio

-         les jumelages d’une ville peuvent se faire sur un autre mode que celui du tourisme et être solidaires etc.

Au niveau local on peut diffuser et appliquer les thématiques globales et chacun d’entre nous peut, avec sa compétence spécifique, apporter des éléments à la construction d’une nouvelle façon d’influencer la vie de la cité.

 

·        Qui mène la réflexion avec quelle stratégie?

Un débat contradictoire s’engage : il convient de préciser qui mène la réflexion, les associations, des individus, des partis politiques ? Pour quoi faire exactement ? Est-ce que les associations ne peuvent pas porter une parole politique ? Est-ce que des personnes doivent être investi d’une mission de négociation ?

En résumé, se pose la question de la stratégie pour porter nos idées dans le débat des élections municipales, plusieurs suggestions sont faites mais les avis divergent et le débat n’a pas été tranché :

- Il faut concrétiser nos thèmes de réflexion, travailler sur le contenu d’abord et ensuite seulement définir une stratégie…

- Travailler sur des thèmes pour les porter dans le débat public en les diffusant auprès de la population notamment, donc informer le public, médiatiser et ainsi influencer le débat.

- Constituer un contre pouvoir en précisant les questions par rapport à la plateforme    thématique et les confronter avec les politiques pour qu’ils se positionnent.

- élaboration d’un support pour défendre nos thèmes, mise en place d’un comité de liaison pour discuter avec les représentants politiques et éventuellement monter une liste commune.

Aucune décision n’est prise concernant la stratégie, le plus urgent étant la production de la plateforme thématique. Pour cela on retient la mise en place de groupes de travail sur les différents axes de réflexion qui doivent produire un document pour une réunion plénière d’ici un mois.

Les axes de travail retenus seront les suivants :

 

  1. Déplacements urbains, circulation, transport en commun…

     

  2. Urbanisation, logement, cadre de vie…

     

  3. Démocratie participative, citoyenneté, vie associative, transparence dans la gestion municipale…

     

  4. Service Public : Education, Culture, Santé…

     

  5. (Environnement, Pollution =thème transversal)

 

Les participants seront informés par mail des réunions programmées, la question centrale de la prochaine rencontre plénière sera la stratégie à adopter pour faire porter nos idées dans le débat qui s’engagera bientôt.

 

 

 

Petra Rosay, secrétaire de séance

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by journal Dazibao - dans MUNICIPALES 2008
commenter cet article

commentaires

Morceaux choisis

Le Collectif Citoyen Talençais

Le Collectif Citoyen Talençais et les Municipales de Mars 2014 -  confer le Dazibao n° 20

Quinze ans d’engagements, de combats de citoyens qui ont voulu « se mêler de ce qui les regarde », c’est-à-dire de la vie de leur commune, et ceci au-delà des échéances électorales.

Des citoyens organisés en associations, pour s’opposer à des projets néfastes pour la commune, comme la destruction du patrimoine architectural et végétal communal (école Joliot-Curie, maison Labro, parc Sourreilh, bois Lafitte, prairie Bel Air ...), pour demander une vraie politique en matière de déplacements doux (pont St Marie, vélos...), contre la malbouffe et les passe-droit (Mac Do), pour sauvegarder l’école maternelle Picasso, pour exiger une offre de logements variée et arrêter la densification galopante via des projets immobiliers profitant d’abord aux promoteurs.

En 2002 ils ont créé des Conseils de quartier, un réseau inter associatif d’information et d’échange la CoorCiTal, et un journal citoyen, Dazibao.

Ce combat et cet engagement associatif, ont abouti à la création du Collectif Citoyen Talençais avant les élections municipales de 2008. Nous avons proposé notre plate forme et nos idées en matière de services publics de proximité, de déplacement, de logement, d’équipement collectif, de démocratie participative associant l’expertise et le diagnostic des citoyens au pouvoir représentatif...

Notre conseillère municipale, Petra Rosay, a porté ces idées au sein de l’opposition de gauche pendant ces six dernières années.

Aujourd’hui, face à la liste de droite dirigée par A. Cazabonne, la gauche n’a pas réalisé l’unité. Le CCT, refusant d’ajouter à la confusion, tient cependant, à travers ce journal, à contribuer à la nécessaire alternance.

Pour les élections de 2014, il va de soi que nous souhaitons toujours la sortie des sortants : qu’ils partent avec leurs amis promoteurs, leur clientélisme, leurs consultations bidons… 30 ans ça suffit! Il faut une alternance à Talence, le renouvellement infini des mandats facilite la corruption et la professionnalisation de la politique, tout le contraire de ce que nous revendiquons.

Le collectif citoyen remet en débat ses propositions pour Talence. Il continuera à jouer son rôle en défendant ses propositions quels que soient les vainqueurs de l’élection par l’information, l’éducation, la mobilisation. Il sera avec les Talençais qui veulent développer le bien être collectif.

30 ans ça suffit !  Profession, homme politique. Trente ans de pouvoir, dans la même majorité municipale de droite, sans partage, sans alternance, depuis 1983. Trois mandats de Maire, 1995-2001, 2001-2008, 2008-2014, c’est aussi cela le cumul des mandats, le cumul dans le temps.

Six ans, le mandat électif le plus long de nos institutions républicaines avec celui des sénateurs, une éternité lorsqu’on le triple.

Le pouvoir très étendu d’un Maire, « un roi en son royaume » déterminant pour notre vie locale, notre quotidien, notre environnement.

Le pouvoir d’un patron de majorité, qui vous assure 80% des sièges au conseil municipal si peu que vous ayez une majorité dans les urnes, qui vous permet de gouverner pratiquement sans contrepouvoir.

On peut rêver mieux pour une démocratie moderne surtout lorsqu’elle est locale.

« Une ville c’est un laboratoire de la démocratie et du vivre ensemble » dit notre bon Maire, oui mais sans changer le patron, juste en faisant tourner les citoyens dans leurs tourniquets !

Durer.

Durer en politique c’est un objectif qui  finit par devenir une obsession, une maladie qui vide de son sens la démocratie, qui se nourrit de clientélisme, de copinage et de réseaux. Chez nous à Talence c’est M. Chamakh, footballeur et bâtisseur, ce sont les 600 000 Euros de subvention municipale pour l’Ecole des sports motorisés, les permis de construire à gogo pour quelques promoteurs immobiliers qui ont rempli notre commune d’immeubles de 5 étages et demi et de résidences hôtelières...

Durer en politique c’est aussi finir par ultra personnaliser la fonction, imposer ses vues, se complaire dans l’absence de débat contradictoire et démocratique.

Durer en politique, c’est faire  de la commune, son domaine, son territoire, son fief, conçu par vous, selon vos goûts, les administrés devant s’adapter.

Changer.

Changer c’est casser les réseaux constitués au long cours et ça fait un bien fou à la démocratie et aux citoyens.

Faisons un geste pour la démocratie locale, Talence a vraiment besoin d’alternance.

30 ans ya basta !          

Café philo Citoyen Talençais

la 3ème tribune citoyenne de Talence

Vous recevez chaque mois dans votre boîte aux lettres le « CITÉ MAGAZINE » de la Mairie de Talence et vous pouvez y lire en dernière page deux tribunes libres, celle des élus de la gauche talençaise jouxtant celle des élus du groupe majoritaire. Ces derniers, disposant de la version adverse plusieurs jours avant de rédiger la leur, peuvent donc répondre sur la même page sans crainte d’être contredits, assurés d’avoir le dernier mot. Maintenant, vous trouverez sur le blog du « Journal Dazibao », chaque fois que cela sera nécessaire, une « 3ème tribune libre citoyenne » qui remettra les Talençais dans le rôle d'arbitre, comme il se doit en toute bonne démocratie.

Tribune libre citoyenne d'Octobre 2013

Tribune libre du CCT de Mai 2012.

 

 

 

 

La démocratie

" La démocratie ne consiste pas à mettre épisodiquement son bulletin dans l'urne, à déléguer les pouvoirs à un ou plusieurs élus, puis se désintéresser, s'abstenir, se taire pendant cinq ou sept ans. (...)

La démocratie n'est efficace que si elle existe partout en tout temps. Le citoyen est un homme qui ne laisse pas aux autres le soin de décider de son sort commun. Il n'y a pas de démocratie si le peuple n'est pas composé de véritables citoyens, agissant constamment en tant que tels "

Pierre Mendès-France ( la république moderne 1962 )