Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 01:33
RAPPEL
VOUS ÊTES TOUS INVITES
 SUR LA PRAIRIE BEL AIR RUE G POMPIDOU
 SAMEDI 18 JUIN 2011 ENTRE 15h et 22h
VOTRE PRESENCE EST VIVEMENT SOUHAITEE
LE POINT FORT SERA A 17H L'HEURE DU DEBAT

Cette fête préparée de longue date par l'association Casse-muraille semble enfin secouer l'indifférence affichée par certains à son égard jusque ici.
Pour plus d'explications, voici la lettre de la mairie ci-dessous et la réponse de l'association.

 numérisation0006

 


 logo C-Muraille petit        

Association Casse-Muraille

21bis impasse de la Fauvette

33400 Talence

tel: 05 57 26 27 60

association.cassemuraille@neutralite.org

                                                                                   Talence, le 17 juin 2011,

 

Objet: Réponse au courrier référencé DGS/FD/TV

 

Monsieur le Maire,

  

Nous faisons suite à votre courrier en date du 14 juin 2011, cité en objet, dont nous avons pris connaissance par notre messagerie électronique. Nous nous permettons de vous rappeler M. le Maire que conformément à l'en-tête des courriers que vous recevez régulièrement de notre part, et depuis l'envoi à la préfecture des modifications du conseil d'administration voté en assemblée générale du 23 octobre 2010, notre siège social est le 21 bis impasse de la fauvette à Talence. A ce jour, nous n'avons de ce fait pas pu récupérer votre courrier officiel envoyé en recommandé avec AR. Nous vous rappelons que notre association n’a pas de président mais uniquement des administrateurs conformément à ses statuts déposés à la préfecture. 

 

Concernant votre demande de ne pas nuire à la tranquillité du quartier autour de la prairie Bel Air où nous organisons une rencontre sur le thème des jardins et de la nature en ville, nous vous assurons que nous serons extrêmement vigilants sur ce point. Les discussions, promenade en vélo et le pique-nique que nous organisons, auxquels les personnes âgées de la RPA Bel Air sont aussi conviées, ne sont que la poursuite de la tradition des repas de quartier sur un espace public (que la prairie Bel Air est encore pour partie aujourd'hui). En cela, nous réitérons le rendez-vous pris l’an passé à la même époque, sur le même lieu et dans les mêmes conditions. 

  

A propos de votre mise en demeure de cesser « l’occupation illégale », nous souhaitons vous apporter les précisions suivantes.

 

  • Les quelques mètres carrés de jardin ne peuvent être assimilés à une implantation de jardins partagés. Ils ont un caractère exclusivement symbolique et ne peuvent être assimilés à une occupation illégale stricto sensu. Le lieu n’est pas clos. L’accès est totalement libre aux très nombreux promeneurs, qui fréquentent la prairie. Ceci est du reste très clairement explicité sur le panneau installé par nos soins à cet endroit.

 

  • Contrairement à vos indications, la présence de ce petit jardin est connue de vos services depuis leur implantation en juin 2010. Tout comme les riverains, qui se sont très souvent exprimés à ce sujet, nous avons d’ailleurs beaucoup apprécié le respect des agents municipaux pour ce petit potager. Il n’y a jamais eu aucune destruction de légumes au cours des tontes pratiquées par les agents durant ces douze derniers mois.

 

  • Nous avons également constaté, combien ce jardinet était apprécié des riverains. Il est devenu un objet de curiosité et un point de rencontre entre promeneurs, parents, enfants et personnes âgées du quartier, nombreux à venir se détendre sur ce grand espace vert. Malgré son accès totalement libre, il n’a jamais vraiment fait l’objet de dégradations.

 

  • Nous vous rappelons qu’à l’origine, l’installation de ce petit potager fait suite à l’annonce par vos soins, d’une part, de la vente des trois quarts de la superficie de la prairie pour deux opérations immobilières (maison de retraite Orpea et lotissement de 4 maisons individuelles), et de l’installation, d’autre part, d’un petit square sur la surface restante. A priori donc, aucun projet de jardins partagés n’est jusqu’ici envisagé par la mairie.

 

  • Par cette action, nous avons voulu alerter la population talençaise sur les dangers de cette politique de privatisation du foncier au dépend des espaces verts. Contrairement à vos propos rapportés dans la presse, nous avons pu constater concrètement grâce à cette micro-expérimentation, que la prairie de Bel Air est loin d’être un simple « crottoir », mais bien un lieu de rencontres, de détente et d'échanges importants pour la vie des riverains et de la cité.

 

  • Forts de cette expérience, nous sommes aujourd’hui convaincus qu’un projet porté par les habitants, associant, par exemple, des jardins partagés, une aire de jeux pour les enfants, une aire d’accueil pour animaux domestiques ou d’autres structures, pourrait être mis en place sur les 5.000 m² restant. C’est bien comme cela que les Jardins de Raba, auxquels vous faites référence, ont vu le jour en 2002, grâce principalement à des fonds européens et à la mobilisation des habitants du quartier. Vous n’êtes pas non plus sans savoir que la demande en jardins partagés est très forte sur Talence et la CUB en général. Il suffit de se référer à la longue liste d’attente des Jardins de Raba pour s’en convaincre.

 

  • Nous vous rappelons à cette occasion le courrier que nous avons déposé le 26 janvier 2011 à votre cabinet, vous demandant de plus amples informations sur la destination du terrain légué, sis rue Armand Leroi et vous proposant d’y lancer un projet de création de jardins partagés. Nous attendons toujours votre réponse. Nous supposons qu’une demande d’autorisation comme vous la suggérez dans le cas de la prairie de Bel Air aurait connu le même succès… 

Pour toutes ces raisons, nous sommes choqués du ton particulièrement agressif de votre message, qui n’envisage comme unique moyen d’échange avec un groupement de citoyens représentatif, qu’une démarche d’ordre juridique à travers une mise en demeure.  

 

Pour autant, sachez que, même si nous la déplorerons, nous ne nous opposerons pas à la destruction de ce petit jardin inoffensif. Cependant nous espérons qu’il soit conservé comme symbole du terreau d’une future et prochaine concertation démocratique entre des citoyens et leurs élus autour d’un projet participatif, écologique, créateur de mixité sociale et porteur d’idées nouvelles en matière de politique d’aménagement de notre ville.  

 

Nous restons, par conséquent, à votre disposition pour ce faire. 

Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Maire, l'expression de nos respectueuses salutations. 

 

Pour le Conseil d'administration de l’association Casse-Muraille

 

 

Copie : aux adhérents et nombreux habitants de Talence intéressés par l’avenir de leur commune.

 

        

L’information citoyenne, c’est comme une flamme, plus on la partage, plus elle éclaire !

Partager cet article

Repost 0
Published by TALENCE JOURNAL DAZIBAO - dans ASSOCIATIONS CITOYENNES TALENCE
commenter cet article

commentaires

Morceaux choisis

Le Collectif Citoyen Talençais

Le Collectif Citoyen Talençais et les Municipales de Mars 2014 -  confer le Dazibao n° 20

Quinze ans d’engagements, de combats de citoyens qui ont voulu « se mêler de ce qui les regarde », c’est-à-dire de la vie de leur commune, et ceci au-delà des échéances électorales.

Des citoyens organisés en associations, pour s’opposer à des projets néfastes pour la commune, comme la destruction du patrimoine architectural et végétal communal (école Joliot-Curie, maison Labro, parc Sourreilh, bois Lafitte, prairie Bel Air ...), pour demander une vraie politique en matière de déplacements doux (pont St Marie, vélos...), contre la malbouffe et les passe-droit (Mac Do), pour sauvegarder l’école maternelle Picasso, pour exiger une offre de logements variée et arrêter la densification galopante via des projets immobiliers profitant d’abord aux promoteurs.

En 2002 ils ont créé des Conseils de quartier, un réseau inter associatif d’information et d’échange la CoorCiTal, et un journal citoyen, Dazibao.

Ce combat et cet engagement associatif, ont abouti à la création du Collectif Citoyen Talençais avant les élections municipales de 2008. Nous avons proposé notre plate forme et nos idées en matière de services publics de proximité, de déplacement, de logement, d’équipement collectif, de démocratie participative associant l’expertise et le diagnostic des citoyens au pouvoir représentatif...

Notre conseillère municipale, Petra Rosay, a porté ces idées au sein de l’opposition de gauche pendant ces six dernières années.

Aujourd’hui, face à la liste de droite dirigée par A. Cazabonne, la gauche n’a pas réalisé l’unité. Le CCT, refusant d’ajouter à la confusion, tient cependant, à travers ce journal, à contribuer à la nécessaire alternance.

Pour les élections de 2014, il va de soi que nous souhaitons toujours la sortie des sortants : qu’ils partent avec leurs amis promoteurs, leur clientélisme, leurs consultations bidons… 30 ans ça suffit! Il faut une alternance à Talence, le renouvellement infini des mandats facilite la corruption et la professionnalisation de la politique, tout le contraire de ce que nous revendiquons.

Le collectif citoyen remet en débat ses propositions pour Talence. Il continuera à jouer son rôle en défendant ses propositions quels que soient les vainqueurs de l’élection par l’information, l’éducation, la mobilisation. Il sera avec les Talençais qui veulent développer le bien être collectif.

30 ans ça suffit !  Profession, homme politique. Trente ans de pouvoir, dans la même majorité municipale de droite, sans partage, sans alternance, depuis 1983. Trois mandats de Maire, 1995-2001, 2001-2008, 2008-2014, c’est aussi cela le cumul des mandats, le cumul dans le temps.

Six ans, le mandat électif le plus long de nos institutions républicaines avec celui des sénateurs, une éternité lorsqu’on le triple.

Le pouvoir très étendu d’un Maire, « un roi en son royaume » déterminant pour notre vie locale, notre quotidien, notre environnement.

Le pouvoir d’un patron de majorité, qui vous assure 80% des sièges au conseil municipal si peu que vous ayez une majorité dans les urnes, qui vous permet de gouverner pratiquement sans contrepouvoir.

On peut rêver mieux pour une démocratie moderne surtout lorsqu’elle est locale.

« Une ville c’est un laboratoire de la démocratie et du vivre ensemble » dit notre bon Maire, oui mais sans changer le patron, juste en faisant tourner les citoyens dans leurs tourniquets !

Durer.

Durer en politique c’est un objectif qui  finit par devenir une obsession, une maladie qui vide de son sens la démocratie, qui se nourrit de clientélisme, de copinage et de réseaux. Chez nous à Talence c’est M. Chamakh, footballeur et bâtisseur, ce sont les 600 000 Euros de subvention municipale pour l’Ecole des sports motorisés, les permis de construire à gogo pour quelques promoteurs immobiliers qui ont rempli notre commune d’immeubles de 5 étages et demi et de résidences hôtelières...

Durer en politique c’est aussi finir par ultra personnaliser la fonction, imposer ses vues, se complaire dans l’absence de débat contradictoire et démocratique.

Durer en politique, c’est faire  de la commune, son domaine, son territoire, son fief, conçu par vous, selon vos goûts, les administrés devant s’adapter.

Changer.

Changer c’est casser les réseaux constitués au long cours et ça fait un bien fou à la démocratie et aux citoyens.

Faisons un geste pour la démocratie locale, Talence a vraiment besoin d’alternance.

30 ans ya basta !          

Café philo Citoyen Talençais

la 3ème tribune citoyenne de Talence

Vous recevez chaque mois dans votre boîte aux lettres le « CITÉ MAGAZINE » de la Mairie de Talence et vous pouvez y lire en dernière page deux tribunes libres, celle des élus de la gauche talençaise jouxtant celle des élus du groupe majoritaire. Ces derniers, disposant de la version adverse plusieurs jours avant de rédiger la leur, peuvent donc répondre sur la même page sans crainte d’être contredits, assurés d’avoir le dernier mot. Maintenant, vous trouverez sur le blog du « Journal Dazibao », chaque fois que cela sera nécessaire, une « 3ème tribune libre citoyenne » qui remettra les Talençais dans le rôle d'arbitre, comme il se doit en toute bonne démocratie.

Tribune libre citoyenne d'Octobre 2013

Tribune libre du CCT de Mai 2012.

 

 

 

 

La démocratie

" La démocratie ne consiste pas à mettre épisodiquement son bulletin dans l'urne, à déléguer les pouvoirs à un ou plusieurs élus, puis se désintéresser, s'abstenir, se taire pendant cinq ou sept ans. (...)

La démocratie n'est efficace que si elle existe partout en tout temps. Le citoyen est un homme qui ne laisse pas aux autres le soin de décider de son sort commun. Il n'y a pas de démocratie si le peuple n'est pas composé de véritables citoyens, agissant constamment en tant que tels "

Pierre Mendès-France ( la république moderne 1962 )