Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

Participation de l'association Casse-Muraille à la concertation du PLU 3.1 – Janvier 2011

Contribution N°2

 

Dans le cadre de la concertation lancée par la Communauté Urbaine de Bordeaux (CUB) sur le PLU3.1, l'association Casse-Muraille souhaite souligner la nécessité urgente d'une nouvelle réflexion sur le développement urbain de Talence et l'engagement d'une véritable concertation avec l'ensemble des acteurs de la commune (associations, collectifs, riverains,...) concernés par la politique de la ville.

 

Le document de présentation du PLU3.1 insiste sur plusieurs fondements et principes qui devront guider la révision générale des différents PLU de la CUB, et tout particulièrement :

1- repenser le territoire par la nature et le paysage

2- travailler sur le triptyque du développement durable pour le développement d'une ville de proximité équitable, viable et vivable.

 

Notre association pense que ces orientations ne sont pas respectées à Talence, et ne se satisfait pas des discours de M. le Maire. Ces discours cachent en réalité une destruction continue des derniers espaces verts de Talence, ville la plus dense de la CUB, en totale opposition avec le concept d'une ville durable et vivable. A titre d'exemple, les ventes récentes d'espaces publics en vue de diverses opérations immobilières sur la prairie Bel Air, rond point de Crespy et sur le square Robespierre, ou celle soutenue par la Mairie sur le terrain EDF, la destruction du Bois Lafitte, et les menaces pesant sur certaines parties du domaine universitaire comme le Parc Lamartine, illustrent l'opposition avec les objectifs du PLU 3.1.

 

La perspective du renouvellement de la population liée à l'arrivée de familles avec enfants, la poursuite de la densification de la commune souhaitée par la CUB, et la nécessité pour chaque habitant de disposer d'espaces verts publics de proximité justifient dès lors une protection augmentée de ces espaces, et tout particulièrement les propriétés appartenant à des établissements publics scientifiques comme l'université de Bordeaux, ou industriels comme EDF.

 

Nous tenons à souligner tout particulièrement que le classement de quelques arbres en espaces paysagers à protéger (EPP) qui se sont récemment développés à Talence, et qui permettent en réalité le plus souvent une urbanisation de ces espaces en ne préservant que quelques arbres isolés, ne compensent nullement la disparition de 100 000 m² d'espace boisés classés (EBC) entre l'ancien plan d'occupation du sol et le nouveau PLU, ainsi que le besoin de développer plus encore les espaces verts dans la ville.

 

Au delà du seul bois de Thouars qui subit une fréquentation déjà importante et un grignotage progressif de ses abords, Talence a la chance de posséder encore quelques espaces naturels dispersés sur son territoire, souvent associés à d'anciennes propriétés bourgeoises. Ces espaces constituent un maillage essentiel pour l'accueil de la faune et de la flore sauvage et agrémentent notre univers urbain de plus en plus artificiel, en hébergeant notamment des rapaces nocturnes, des petits mammifères et des fleurs de tout type. Malheureusement la pression immobilière fait disparaître ces parcs peu à peu et insidieusement. La véritable réponse à cette évolution néfaste de notre cadre de vie est d'augmenter la protection de ces espaces afin de faire baisser la spéculation immobilière les affectant. Seule une volonté politique affirmée permettra cette évolution indispensable au bien-être futur des habitants de Talence.

 

Nous demandons donc dans le cadre de cette révision qu'une véritable réflexion sur la place de la nature en ville, et la préservation des espaces verts et naturels soit lancée sur la commune pour permettre la mobilisation de tous les citoyens qui souhaitent participer à cette démarche. Il devra notamment viser à

1- augmenter sensiblement la superficie des espaces boisés classés.

2- Veiller à conserver un maillage sur le territoire communal, en particulier à résoudre le manque d'espaces verts dans certains quartiers comme le quartier nord.

3- Dresser un inventaire des espaces remarquables ou indispensables à la vie sauvage, et réfléchir à une trame verte intra et inter-cité qui est une nécessité au maintien de la biodiversité dans les villes.

4- Réfléchir plus précisément  pour que la densification de Talence se fasse prioritairement sur des espaces déjà construits, selon un programme de qualité, conforme au PLU, et soumis à l'appréciation des habitants.

5- Identifier systématiquement des solutions alternatives lorsqu'une opération d'intérêt collectif fait disparaître un espace non construit (jardins, espaces verts, espaces boisés classés,...) et démontrer que la solution proposée est la seule réalisable. Dans le cas contraire, les pertes pour la biodiversité et le bien-être des habitants devront être identifiées et publiées, et une compensation  devra être proposée (par exemple une autre surface à renaturaliser).

6- Promouvoir et développer les projets collectifs autour de la nature, de la biodiversité, et du jardinage biologique en ville, ainsi que des lieux publics ouverts permettant la rencontre entre habitants.

 

 

Talence le 26 janvier 2011

Association Casse-Muraille

21bis impasse de la Fauvette

33400 Talence

Partager cette page

Repost 0
Published by

Morceaux choisis

Le Collectif Citoyen Talençais

Le Collectif Citoyen Talençais et les Municipales de Mars 2014 -  confer le Dazibao n° 20

Quinze ans d’engagements, de combats de citoyens qui ont voulu « se mêler de ce qui les regarde », c’est-à-dire de la vie de leur commune, et ceci au-delà des échéances électorales.

Des citoyens organisés en associations, pour s’opposer à des projets néfastes pour la commune, comme la destruction du patrimoine architectural et végétal communal (école Joliot-Curie, maison Labro, parc Sourreilh, bois Lafitte, prairie Bel Air ...), pour demander une vraie politique en matière de déplacements doux (pont St Marie, vélos...), contre la malbouffe et les passe-droit (Mac Do), pour sauvegarder l’école maternelle Picasso, pour exiger une offre de logements variée et arrêter la densification galopante via des projets immobiliers profitant d’abord aux promoteurs.

En 2002 ils ont créé des Conseils de quartier, un réseau inter associatif d’information et d’échange la CoorCiTal, et un journal citoyen, Dazibao.

Ce combat et cet engagement associatif, ont abouti à la création du Collectif Citoyen Talençais avant les élections municipales de 2008. Nous avons proposé notre plate forme et nos idées en matière de services publics de proximité, de déplacement, de logement, d’équipement collectif, de démocratie participative associant l’expertise et le diagnostic des citoyens au pouvoir représentatif...

Notre conseillère municipale, Petra Rosay, a porté ces idées au sein de l’opposition de gauche pendant ces six dernières années.

Aujourd’hui, face à la liste de droite dirigée par A. Cazabonne, la gauche n’a pas réalisé l’unité. Le CCT, refusant d’ajouter à la confusion, tient cependant, à travers ce journal, à contribuer à la nécessaire alternance.

Pour les élections de 2014, il va de soi que nous souhaitons toujours la sortie des sortants : qu’ils partent avec leurs amis promoteurs, leur clientélisme, leurs consultations bidons… 30 ans ça suffit! Il faut une alternance à Talence, le renouvellement infini des mandats facilite la corruption et la professionnalisation de la politique, tout le contraire de ce que nous revendiquons.

Le collectif citoyen remet en débat ses propositions pour Talence. Il continuera à jouer son rôle en défendant ses propositions quels que soient les vainqueurs de l’élection par l’information, l’éducation, la mobilisation. Il sera avec les Talençais qui veulent développer le bien être collectif.

30 ans ça suffit !  Profession, homme politique. Trente ans de pouvoir, dans la même majorité municipale de droite, sans partage, sans alternance, depuis 1983. Trois mandats de Maire, 1995-2001, 2001-2008, 2008-2014, c’est aussi cela le cumul des mandats, le cumul dans le temps.

Six ans, le mandat électif le plus long de nos institutions républicaines avec celui des sénateurs, une éternité lorsqu’on le triple.

Le pouvoir très étendu d’un Maire, « un roi en son royaume » déterminant pour notre vie locale, notre quotidien, notre environnement.

Le pouvoir d’un patron de majorité, qui vous assure 80% des sièges au conseil municipal si peu que vous ayez une majorité dans les urnes, qui vous permet de gouverner pratiquement sans contrepouvoir.

On peut rêver mieux pour une démocratie moderne surtout lorsqu’elle est locale.

« Une ville c’est un laboratoire de la démocratie et du vivre ensemble » dit notre bon Maire, oui mais sans changer le patron, juste en faisant tourner les citoyens dans leurs tourniquets !

Durer.

Durer en politique c’est un objectif qui  finit par devenir une obsession, une maladie qui vide de son sens la démocratie, qui se nourrit de clientélisme, de copinage et de réseaux. Chez nous à Talence c’est M. Chamakh, footballeur et bâtisseur, ce sont les 600 000 Euros de subvention municipale pour l’Ecole des sports motorisés, les permis de construire à gogo pour quelques promoteurs immobiliers qui ont rempli notre commune d’immeubles de 5 étages et demi et de résidences hôtelières...

Durer en politique c’est aussi finir par ultra personnaliser la fonction, imposer ses vues, se complaire dans l’absence de débat contradictoire et démocratique.

Durer en politique, c’est faire  de la commune, son domaine, son territoire, son fief, conçu par vous, selon vos goûts, les administrés devant s’adapter.

Changer.

Changer c’est casser les réseaux constitués au long cours et ça fait un bien fou à la démocratie et aux citoyens.

Faisons un geste pour la démocratie locale, Talence a vraiment besoin d’alternance.

30 ans ya basta !          

Café philo Citoyen Talençais

la 3ème tribune citoyenne de Talence

Vous recevez chaque mois dans votre boîte aux lettres le « CITÉ MAGAZINE » de la Mairie de Talence et vous pouvez y lire en dernière page deux tribunes libres, celle des élus de la gauche talençaise jouxtant celle des élus du groupe majoritaire. Ces derniers, disposant de la version adverse plusieurs jours avant de rédiger la leur, peuvent donc répondre sur la même page sans crainte d’être contredits, assurés d’avoir le dernier mot. Maintenant, vous trouverez sur le blog du « Journal Dazibao », chaque fois que cela sera nécessaire, une « 3ème tribune libre citoyenne » qui remettra les Talençais dans le rôle d'arbitre, comme il se doit en toute bonne démocratie.

Tribune libre citoyenne d'Octobre 2013

Tribune libre du CCT de Mai 2012.

 

 

 

 

La démocratie

" La démocratie ne consiste pas à mettre épisodiquement son bulletin dans l'urne, à déléguer les pouvoirs à un ou plusieurs élus, puis se désintéresser, s'abstenir, se taire pendant cinq ou sept ans. (...)

La démocratie n'est efficace que si elle existe partout en tout temps. Le citoyen est un homme qui ne laisse pas aux autres le soin de décider de son sort commun. Il n'y a pas de démocratie si le peuple n'est pas composé de véritables citoyens, agissant constamment en tant que tels "

Pierre Mendès-France ( la république moderne 1962 )